Le ministère Palestinien de la santé a annoncé le martyre du citoyen, Abdullah Gomaa Abdel-Al (24 ans) ainsi que 32 autres ont été blessés par de vraies balles et des dizaines autres étouffés suite à l’inhalation du gaz lacrymogène lancé par les forces militaires israéliennes qui a attaqué un groupe de citoyens qui se sont rassemblés à l’est du camp de réfugiées 'Al-Bureij’ au centre de la bande de Gaza, selon des témoins.
Les marches pacifiques hebdomadaires sont organisées tous les vendredis de chaque semaine, pour la deuxième année consécutive.
Depuis le 30 mars 2018 jusqu'à vendredi, plus de 300 citoyens Palestiniens, dont 59 enfants et 10 femmes, sont tombés en martyre et des milliers autres blessés, dont des centaines ont été amputés pendant la répression des marches pacifiques par les forces israéliennes de l’occupation qui utilisent les armes prohibées au plan international contre les manifestants pacifistes.
Les Palestiniens de Gaza organisent les manifestations hebdomadaires de la Grande marche du retour le long de la frontière est de Gaza avec Israël, demandant la levée du blocus de 12 ans et réclamant le droit de retourner sur leurs terres, dont les familles ont été expulsées lors de la fondation d’Israël en 1948.
Il vaut la peine de mentionner qu’Israël maintient un blocus paralysant sur la bande de Gaza depuis que le Hamas a remporté les élections et pris le pouvoir en 2007, privant les deux millions d'habitants de l'enclave appauvrie de leurs droits fondamentaux et entraînant une baisse de leur niveau de vie et un taux de chômage sans précédent et la pauvreté.